2016, une mauvaise année pour le miel de Corse

Visite rucher

Visite rucher

Quelques semaines avant une hypothétique récolte de « miel de maquis d’automne » (à base de lierre et d’arbousier), le bilan de la saison 2016 s’annonce mauvais pour les apiculteurs de Corse.

La récolte de printemps « miel de printemps » et « miel de maquis de printemps », pour reprendre la terminologie de l’AOC / AOP « miel de Corse mele di Corsica », a été catastrophique, pour ne pas dire inexistante chez la plupart des producteurs. Les conditions climatiques en sont les principales responsables avec une sécheresse quasi structurelle depuis plusieurs années, augmentée encore cette année par un vent persistant, en fait il semble que nous commençons à ressentir les effets du fameux réchauffement climatique. Cette météo a quasiment asséché le nectar des fleurs, à l’origine du miel, annihilé les récoltes de printemps et même mis en danger la survie même de la plupart des colonies d’abeilles.

Scénario un peu similaire en juin-juillet pour les récoltes de « miel de châtaigneraie » avec des différences entre le nord et le sud de la Corse, mais il y a eu quand même quelques « faibles » récoltes dans le sud de l’île. Rappelons aussi que les châtaigneraies de Corse sont attaquées par le cinyps (petit coléoptère parasite), ce qui compromet les récoltes de châtaignes (farine et aliment pour les porcs) mais aussi celles de miel de châtaignier.

On peut enfin tirer un premier bilan pour une autre composante de la production apicole de Corse: le miellat. Ce produit, intégré à l’AOC du miel corse, a été un peu la bonne aubaine de ces dernières années pour les apiculteurs. Conséquence probable du même réchauffement climatique, les territoires littoraux de l’île ont été envahi d’une variété de cicadelles qui s’attaque aux feuilles des arbres (fruitiers en particulier) et secrète un miellat abondant (la plus grande partie de la récolte pour certains apiculteurs). Catastrophe pour les arboriculteurs, manne bénéfique pour les apiculteurs. Les traitements anti-cicadelle des premiers semblent être efficaces, et la récolte de miellat 2016 est très inégale suivant les régions, pour les seconds.

Il reste une récolte à effectuer , la dernière de la saison 2016, celle de « miel de maquis d’automne » pendant les mois d’octobre / novembre, toujours aléatoire, en fonction de la chaleur (au rendez-vous ces dernières années) et des pluies … Les apiculteurs de l’^le croisent les doigts pour que cette dernière miellée vienne rattraper une année 2016 qui restera dans les mémoires.

> Un article de Corse-Matin du 9 septembre 2016

> Acheter du miel au GIE du Taravu

 

 

Share
Ce contenu a été publié dans Miel de Corse, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *